Thursday 27 April 2017    

Centraide du Grand Montréal

Budget 2017 du gouvernement du Québec: entre soulagement et inquiétude
Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, a rendu public hier son 4e budget. Le RAPSIM a suivi attentivement les annonces contenues dans celui-ci. Si certaines sont intéressantes pour notre milieu, en réponses à notre action, d’autres nous inquiètent davantage.
 

Logement social

Le budget 2017 du gouvernement du Québec annonce le développement de 3 000 unités de logements sociaux à la grandeur de la province dans le cadre du programme AccèsLogis Québec. Cette augmentation par rapport à l’année dernière, qui comptait 1 500 unités pour tout le Québec, est bienvenue bien qu’elle ne couvre qu’une partie des besoins.

Comme prévu dans la Politique nationale de lutte à l’itinérance, 10 % de cette programmation, soit 300 unités, seront réservées aux personnes itinérantes ou à risque de l’être. Le budget prévoit aussi que pour 2018-2019 et 2019-2020, 150 unités additionnelles du programme AccèsLogis seront réservées aux personnes itinérantes. 375 unités en itinérance pourront donc être développées cette année. Nous ne connaissons pas pour le moment la part qui sera attribuée à Montréal, mais le budget indique « qu’une plus grande part des nouveaux logements y sera allouée. »

Mauvaise nouvelle : les coûts de construction admissibles pour le développement des unités de logement social n'ont pas été relevés... Les OBNL et les coops continueront donc de développer des projets comme si nous étions en 2009 - il n'y a eu aucune augmentation ni indexation des budgets de construction depuis 2009, alors que ces coûts ont évidemment grimpés depuis!

Très bonne nouvelle par ailleurs : le nouveau budget prévoit le retour de fonds dans le programme de Rénovation Québec à la hauteur de 25 millions $. Ce programme a permis de viabiliser les projets de logements sociaux de plusieurs membres du RAPSIM à travers les années. Le maire Coderre avance, dans son communiqué en réaction au budget, que 65 % de ces fonds seront destinés à la région de Montréal. Reste à voir si ce sera le cas. Mais chose certaine, pour transformer des maisons de chambres privées en logements sociaux avec soutien communautaire, le programme de Rénovation-Québec est plus qu’essentiel.

Le RAPSIM est toutefois déçu de ne trouver au budget aucune somme pour la décontamination des terrains et des bâtiments, car il s’agit trop souvent d’un frein au développement de nouveaux projets de logements sociaux.

7 Millions $ additionnels en itinérance

Le budget du ministre des Finances prévoit un investissement additionnel de 7 millions $ pour soutenir le déploiement du plan d’action interministériel en itinérance 2015-2020 :

- 1 M $ en 2017-2018 ;
-
2 M $ en 2018-2019 ;
-
2 M $ en 2019-2020 ;
-
2 M $ en 2020-2021.

Pour le moment, nous n’avons aucun détail sur ce qui sera financé par ces sommes additionnelles. Le budget laisse présager que ce pourrait être lié à de l’accompagnement de personnes itinérantes. Souhaitons que cela inclue le soutien communautaire en logement social et que d’autres formes d’interventions communautaires et publiques soient aussi soutenues avec cet argent. Chose certaine, le RAPSIM interviendra activement en ce sens.

Assurément, plus que 7 millions $ auraient été nécessaires à la grandeur du Québec pour soutenir le plan interministériel de lutte à l’itinérance. Toutefois, cet ajout budgétaire constitue une bonne nouvelle en autant que les sommes investies permettent effectivement de financer une diversité d’interventions.

Lutte à la pauvreté et financement des organismes communautaires

Il n’y a rien au budget concernant le prochain plan de lutte à la pauvreté, attendu pour l’automne. Aucun investissement n’est donc prévu pour le rehaussement des prestations de base à l’aide sociale. On peut cependant lire que 308 millions $ sont prévus pour « améliorer les conditions de vie des personnes les plus démunies» notamment pour « soutenir les interventions s’adressant aux jeunes les plus vulnérables, aux personnes itinérantes, de même qu’à l’ensemble des ménages à faible revenu. » Le RAPSIM fera des représentations dès cette semaine pour en savoir plus sur ces investissements : une rencontre est à l’agenda avec le cabinet du ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, et nous serons entendus par le Comité consultatif de lutte à la pauvreté.

Finalement, une augmentation de 80 millions $ du budget du PSOC est prévue sur 5 ans. Il est à espérer que ces sommes soient destinées à financer la mission globale des organismes et que des groupes en itinérance puissent en bénéficier.

Pour la suite, le RAPSIM continuera de saisir toutes les occasions pour faire parler de l’itinérance, des droits des personnes vulnérables, des services à développer et des besoins de ses groupes membres afin de viser un déploiement efficient de la Politique nationale de lutte à l’itinérance.







 

Copyright © 2008 RAPSIM - Tous droits réservés.