Monday 21 May 2018    

Centraide du Grand Montréal

Soutien communautaire en logement social : une réponse partielle aux besoins actuels
Montréal le 6 mars 2018 - wLe Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM) reconnaît que les 11 millions $ additionnels annoncés ce matin par le gouvernement du Québec, dont plus de la moitié pour Montréal, constituent un pas dans la bonne direction. Il demeure préoccupé par la part exacte de ces fonds qui sera affectée au soutien communautaire en logement social.


En donnant accès à un logement de qualité et véritablement accessible, le logement social apporte une réponse pérenne à l'itinérance tout en permettant la revitalisation des quartiers. Dans les logements sociaux pour personnes itinérantes, le soutien communautaire permet de favoriser la stabilité résidentielle des personnes en leur fournissant non seulement un toit, mais plus largement un milieu de vie dans lequel briser l'isolement et développer un sentiment d'appartenance. " Alors que le soutien communautaire en logement social destiné aux personnes itinérantes souffre d'un manque criant de financement depuis plusieurs années, il est important qu'une part significative des fonds annoncés ce matin permette de soutenir ces interventions", d'affirmer Pierre Gaudreau, directeur du RAPSIM.

Une partie des fonds sera également affectée à des services de stabilité résidentielle avec accompagnement, visant à soutenir des personnes logées sur le marché privé. Cette approche, basée sur des ententes avec des propriétaires privés, répond à certains besoins mais ne permet pas d'influencer la qualité des logements ni n'augmenter le nombre d'unités accessibles aux personnes à faible revenu. Elle ne constitue pas une réponse durable au problème d'accès au logement pour les personnes itinérantes et ne peut être la seule qui bénéficie d'un soutien financier de la part du gouvernement.

Pour le RAPSIM, il est nécessaire de financer une diversité d'approches pour prévenir et réduire l'itinérance. Parmi elles, le logement social avec soutien communautaire a fait ses preuves et est reconnu comme tel dans la Politique nationale de lutte à l'itinérance, adoptée par le gouvernement du Québec en 2014. Plus de 2000 unités de logement social ont été développées à Montréal et ont permis à autant de personnes de sortir de la rue de façon durable, à d'autres de l'éviter. Les fonds annoncés par Québec témoignent d'une certaine reconnaissance des besoins mais demeurent néanmoins insuffisants pour répondre à l'ampleur des besoins actuels, évalués à 7 millions $ uniquement pour les logements sociaux existants et en développement à Montréal.

À quelques jours du dernier budget Leitao, le RAPSIM souligne le besoin urgent de financer le soutien communautaire en logement social, en plus d'autres formes d'interventions en logement. Cette demande fait d'ailleurs partie des engagements pris par les élu.e.s de la Ville de Montréal qui ont adopté à l'unanimité une motion d'appui en ce sens, le 19 février dernier. Alors que la Ville s'apprête à sortir son prochain Plan d'action en itinérance, il est essentiel que Québec fasse encore plus sa part en soutenant une diversité d'interventions pour non seulement réduire mais aussi prévenir l'itinérance.

Vous trouverez le communiqué de presse au lien suivant.








 

Copyright © 2008 RAPSIM - Tous droits réservés.