Sunday 16 December 2018    

Centraide du Grand Montréal

Nuit des sans-abri - Marche et solidarité… juste avant les élections fédérales !
C'est le vendredi 16 octobre que se tenait la Nuit des sans-abri qui, à Montréal, s'alliait cette année avec l'ATSA (Quand l'art passe à l'action) pour l'événement Le Temps d'une soupe au Parc Émilie-Gamelin.

Comme par les années passées, une marche dans les rues de la ville est venue inaugurer l'événement, qui avait lieu cette fois, trois jours à peine avant les élections fédérales.
La marche était suivie d'une vigile de solidarité, d'expositions et installations artistiques, de services de nourriture et de remise de vêtements, de différents ateliers et kiosques, projection de films, en plus de la programmation sur scène, ponsctuée de prises de parole et de prestations musicales. 


Visionnez la vidéo des Alters-citoyens réalisée à la Nuit des sans-abri avec Pierre Gaudreau du RAPSIM sur les enjeux et différentes réalités de l'itinérance à Montréal


La Nuit des sans-abri et Le temps d'une Soupe de l'ATSA

À sa 26e édition, la Nuit se tenait dans une trentaine de villes du Québec pour dénoncer les injustices et sensibiliser la population au phénomène de l'itinérance.

De son côté, l'ATSA s'installe depuis plusieurs années au Parc Émilie-Gamelin à la fin novembre, véritable campement urbain où on y retrouve des œuvres artistiques et un lieu propice aux rencontres entre tous types de citoyenNEs.

La mise en commun de ces événements de solidarité visait à allier encore mieux leurs vocations artistiques et politiques. La programmation y gagnait en variété, avec des expositions, de multiples ateliers et projections de films qui s'ajoutaient aux prestations sur scène, le tout pour accompagner la soupe...

Allez voir quelques images sur Facebook
de la portion de l'événement du 16 octobre autour de la marche

Crédit : Claude Majeau


La marche dans les rues de la ville


À l'aube des élections fédérales, la marche permettait de faire valoir les principales revendications du milieu qui concernent notamment le financement fédéral en itinérance (SPLI) et les besoins en logement social. Les demandes consistaient spécifiquement en :

  • Le rétablissement du caractère généraliste et communautaire de la Stratégie de Partenariats de lutte à l'itinérance (SPLI);
  • Une hausse récurrente de l'aide fédérale en itinérance de 20 milions $ actuellement à 50 millions $ pour le Québec, et ce dès le budget 2016-2017;
  • Un réinvestissement du fédéral dans le logement social.

Non seulement l'occasion a été saisie de rappeler nos demandes, mais aussi d'avertir haut et fort que nous surveillerons rapidement les agissements du nouveau gouvernement.

En savoir plus sur les engagements pris par les partis politiques fédéraux à l'approche des élections

Crédit : Claude MajeauPlus tard en soirée, des éluEs sont venuEs aborder leur perspective à l'égard du phénomène, comme le maire Denis Coderre, la ministre québécoise responsable de l'itinérance, Mme Lucie Charlebois, ainsi que la députée de Saint-Marie Saint-Jacques, Manon Massé. Le tout a été accompagné sur scène d'une programmation qui mettait de l'avant tant des artistes professionnels que des talents de personnes issues des ressources en itinérance : les tambours des Buffalo Hat Singers, la Chorale de la Rue des Femmes, Fred Pauze + Patrick Mahoney, David Marin, Number Juan, du slam avec Véronique Pascal, Capitaine Révolte, du Gumboots, le conteur Michel Faubert autour du feu, etc.

RAPSIM - 26 octobre 2015






 

Copyright © 2008 RAPSIM - Tous droits réservés.