Sunday 16 December 2018    

Centraide du Grand Montréal

Le communautaire, on n'a pas les moyens de s'en passer - Fermé les 2 et 3 novembre !
Le contexte politique et budgétaire du Québec n'est pas rose, une situation qui a vraiment un impact sur les organismes communautaires. Les 2 et 3 novembre 2015, des centaines de groupes sont venus rappeler leurs besoins, entre autres dans le cadre d'une commission populaire et d'une manifestation unitaire.
 
La réalité actuelle, marquée notamment par l'austérité budgétaire, s'accompagne de nombreuses embuches : réforme de l'aide sociale, coupes en éducation, hausses des tarif... Des organismes voient plus de nouvelles personnes et d'autres, faute de financement adéquat, doivent réduire leurs heures d'ouverture et/ou leur intervention, voire carrément fermer leurs portes.


225 millions $ demandés


225 millions $, voilà ce qui est demandé depuis plus de deux ans par les organismes en santé et services sociaux. Depuis le début de la campagne Je tiens à ma communauté > Je soutiens le communautaire, maintes actions ont eu lieu, culminant par les actions au début novembre afin de se faire entendre par le gouvernement de Philippe Couillard. L'ensemble des organismes communautaires du Québec y ont été invités à participer à une semaine d'actions en faveur du rehaussement du financement à la mission.

Dans le cadre de cette semaine d'actions, le focus a été mis sur deux journées bien remplies, le lundi 2 novembre et le mardi 3 novembre, où plus de 1350 organismes ont fermés les portes de leurs services de façon totale, partielle ou symbolique.


Une Commission populaire sur l'action communautaire

De passage à Montréal le 2 novembre, la Commission populaire du Réseau Québécois de l'action communautaire autonome a consisté en une journée d'audiences devant des commissaires où les groupes étaient invités à venir présenter leur réalité – notamment liée au sous-financement – ou à déposer un mémoire. L
e RAPSIM y a déposé et présenté son mémoire dans lequel il a fait état de la situation à Montréal en ce qui a trait à l'itinérance et aux conséquences du sous-financement de ses groupes membres.

Consultez le mémoire du RAPSIM présenté à la Commission populaire
Voir l'horaire de la journée du 2 novembre
 

Une manifestation pour le financement des organismes

Crédit - Anne BonnefontDes milliers de personnes issues d'organisme de différents milieu, en santé et services sociaux de même qu'en défense des droits, ont convergé vers les bureaux du premier ministre Couilard pour constituer la grosse manifestation de la semaine à Montréal. Elle a débuté à 13h au coin des rues Mcgill College et Sherbrooke pour se terminer au Parc Émilie-Gamelin. Les groupes y ont fait valoir leurs revendications, ont trimbalé de véritables portes fermées et ont été invités à apporter leurs vieilles clés en guise d'action symbolique.

Au terme de ces actions d'envergure, les représentantEs des différents organismes tentent d'obtenir une rencontre avec le gouvernement en place à Québec pour obtenir de nouveaux engagements dans le financement des organismes.

Album photosFacebook RAPSIM

Couverture et réactions :
Le Ras-le-bol du communautaire - Le Devoir
300 groupes communautaires veulent rencontrer Couillard - Le 24 heures
Les organismes suffisamment financés : Vraiment ? - Communiqué du RQ-ACA

RAPSIM - 4 novembre 2015 - Dossier : Financement des groupes






 

Copyright © 2008 RAPSIM - Tous droits réservés.