Sunday 16 December 2018    

Centraide du Grand Montréal

Lendemain d'élections à Ottawa - Des raisons d'espérer et de se mobiliser
L'élection du gouvernement libéral majoritaire de Justin Trudeau, le 19 octobre, marquera-t-elle vraiment le début d'une nouvelle ère dans la politique canadienne ? Le bilan sera à faire dans quelques années, mais le changement de gouvernement suscite de nombreux espoirs, incluant sur plusieurs questions en lien avec l'itinérance.
 
Ainsi, les attentes exprimées dès le lendemain des élections sont grandes, incluant pour le RAPSIM, mais elles constituent autant de raisons de se mobiliser pour que le gouvernement respecte rapidement ses engagements. D'entrée de jeu, le Parti libéral du Canada et le député Trudeau lui-même ont déjà donné leur appui aux revendications du milieu. En témoigne cette photo du nouveau premier ministre, prise en 2010. 


Demandes et engagements

Dans le cadre de la campagne électorale, le FRAPRU, les villes, le RSIQ et le RAPSIM sont intervenus activement pour demander des engagements des partis sur le logement et l'itinérance. Le PLC a pris plusieurs engagements sur ces questions, les situant tous dans le cadre de son plan de soutien aux infrastructures sociales de 20 milliards $ sur 10 ans.

Au niveau du logement social, le PLC s'est engagé à poursuivre le financement pour les logements sociaux existants et à contribuer au développement de nouveaux logements sociaux. Les engagements annoncés en infrastructures sociales pour le premier mandat de 4 ans sont certes intéressants. Toutefois, le maintien du soutien aux logements sociaux existants représenterait, à lui seul, une part très importante des budgets promis, soit 21 % en 2016 et 57 % en 2019, ce qui laisse peu de moyens pour de nouveaux logements ou d'autres investissements sociaux.

C'est aussi dans le cadre de ce plan que le PLC a répondu aux demandes de rétablir une approche globale dans le cadre du programme de financement, la Stratégie de partenariats de lutte contre l'itinérance (SPLI). Lors d'une tournée du RAPSIM de différents partis, le 10 septembre, le député Marc Garneau s'est engagé au nom du PLC, à rétablir une approche globale, augmenter le budget de la SPLI, puis l'indexer annuellement. Une lettre de la présidente du PLC au RAPSIM, datée du 14 octobre, précise d'ailleurs que pour ce parti « il n'existe pas qu'une solution à l'itinérance, que ces fonds seront flexibles et s'adapteront aux priorités locales ».

Tant au niveau du logement social que de la lutte à l'itinérance, il y a donc du travail à faire pour que les avancées que représentent ces engagements se concrétisent rapidement avec des moyens suffisants.

Au niveau de la SPLI, la réorientation vers le Housing first, a entrainé des coupures importantes, plusieurs groupes ont vu le soutien à leur intervention réduit de 30 % à 75 % et une vingtaine d'organismes perdront toute aide au 31 mars prochain, et ce, tant dans des ressources de dépannage, de réinsertion, de santé mentale que de logement.

Pour tous les services qui ont été coupés ou risquant de l'être, pour ceux qui auraient besoin d'être soutenus, pour rétablir un soutien adéquat aux immobilisations, il est crucial que le programme fédéral de lutte à l'itinérance retrouve une approche globale, avec, pour y arriver, de nouveaux fonds dès 2016.

En savoir plus sur les engagements pris par les partis politiques fédéraux à l'approche des élections


Prochain rendez-vous : TouTEs à Ottawa le 20 novembre


Le gouvernement Trudeau livrera bientôt son Discours du Trône, annonçant son programme de gouvernement et suivra éventuellement son premier budget. Le vendredi 20 novembre prochain, Journée canadienne de l'habitat, le FRAPRU organisera une manifestation à Ottawa en collaboration avec les regroupements en itinérance pour rappeler au premier ministre Trudeau l'impératif d'agir rapidement. Ainsi, la lutte se poursuit !


RAPSIM - 26 octobre 2015 - Dossier : Financement des groupes







 

Copyright © 2008 RAPSIM - Tous droits réservés.