Sunday 16 December 2018    

Centraide du Grand Montréal

Études des crédits - Beaucoup de questions et quelques réponses sur l'itinérance
Les enjeux de l'itinérance sont bien ressortis à la fin juin à l'Assemblée nationale lors de l'étude des crédits en matière de services sociaux. La ministre Lucie Charlebois en a traité dans son mot d'ouverture et le critique du PQ sur le dossier, Jean François Lisée, a posé de nombreuses questions.

Plusieurs d'entre elles ont porté sur la Politique en itinérance et le Plan d'action interministériel à venir, le soutien communautaire en logement social et le programme fédéral de Stratégie de partenariats de lutte contre l'itinérance (SPLI).

Le RAPSIM et le RSIQ étaient présents à l'Assemblée nationale et avaient alimenté les partis d'opposition sur différents enjeux. Ces questions soutenues ont permis d'obtenir des éléments de réponses. En voici un survol :

  • La ministre situe l'action du gouvernement dans le cadre de la Politique nationale de lutte à l'itinérance adoptée en février dernier ;
  • Elle confirme le travail sur le Plan d'action interministériel en itinérance ;
  • Le Plan d'action interministériel en itinérance sortira cet automne, à une date non précisée ;
  • Le Plan reprendra les 5 axes de la Politique (le logement; les services de santé et les services sociaux; le revenu, l'éducation et l'insertion sociale et la cohabitation/judiciarisation) ;
  • Le travail sur le Portrait de l'itinérance se terminera cet été;
  • Sur les 500 unités réservées aux sans-abri des 3000 unités de logements sociaux du programme AccèsLogis, Montréal aura la plus grosse part.
  • La somme de 6 millions $, annoncée par la ministre Hivon au lancement de la politique est prévue aux crédits et son affectation sera annoncé lors de la sortie du Plan d'action interministériel en itinérance. La ministre a cependant répondu à plusieurs questions de Lisée (sur la Maison Marguerite, sur Chez Doris, sur le soutien communautaire) en disant « on verra quand j'annoncerai le 6 millions $. »
  • Sur la SPLI, dont l'année de transition se termine dans moins de 9 mois, la ministre a affirmé la nécessité que l'aide d'Ottawa continue à soutenir une diversité d'interventions. Les négociations pour en venir à une Entente Canada-Québec continuent et elle souhaite une entente cet automne.

Une bonne volonté

La ministre a donc clairement démontré une volonté que la Politique se déploie, ce dont il faut se réjouir. Les moyens par contre ne sont pas au rendez-vous avec le budget Leitao, mise à part, et encore de façon insuffisante, le logement social. Avec 93 millions $ en moins au ministère de l'Emploi et de la Sécurité Sociale, avec l'abandon du rehaussement du PSOC, avec le plafonnement à 3% de la hausse du budget en santé et des compressions dans d'autres ministères, ce budget fera mal.

Cela étant, une Politique c'est aussi une vision une façon de faire et, dans l'esprit du Plan d'action 2014-2015 du RAPSIM, il faudra travailler pour la suite au-delà de ce premier budget libéral. Il faudra manœuvrer dans une approche à la fois constructive et critique, défendre que d'autres choix sont possibles.

À court terme, le RAPSIM et le RSIQ continueront leurs interventions sur le Plan d'action interministériel en itinérance. Il faudra aussi agir cet été pour que le dossier de la SPLI se règle rapidement.

RAPSIM - 27 juin 2014 - Dossier : Politique en itinérance







 

Copyright © 2008 RAPSIM - Tous droits réservés.