communiqué de presse

Ce n’est pas un poisson d’avril – À Montréal, on s’affiche contre la pauvreté!

Montréal, 1er avril 2022. –  Ce matin, le Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM) a joint sa voix à celle de dizaines de groupes partout au Québec pour lancer ce message au gouvernement du Québec : « Ce n’est pas un poisson d’avril. Au Québec, une personne sur dix ne couvre pas ses besoins de base ». À Montréal, le RAPSIM était installé devant ses locaux, entouré d’une quinzaine d’organismes et d’un nombre équivalent de bannières et d’affiches.

« Nous trouvions important de participer à cette action de visibilité du Collectif pour un Québec sans pauvreté, car le budget déposé la semaine dernière par le gouvernement du Québec nous a confirmé que la réalité des personnes en situation de pauvreté est le dernier de ses soucis, explique Annie Savage, directrice du RAPSIM. Il est inconcevable que le gouvernement ait refusé d’accorder une attention spéciale à ces personnes, et particulièrement à celles qui n’arrivent même pas à couvrir leurs besoins de base. Nous réclamons que la couverture des besoins de base soit considérée comme un minimum pour tout le monde au Québec. »

Annie Savage continue : « On le sait, la prévention et la réduction de l’itinérance passent par des mesures structurantes de lutte contre la pauvreté. La hausse du coût de la vie combiné avec les prestations insuffisantes d’assistance sociale et un salaire minimum inadéquat contribuent à l’appauvrissement des personnes et ont un impact immédiat et considérable sur les plus marginalisées de la société, qui peinent déjà à subvenir à leurs besoins de base.

La politique de lutte à l’itinérance a fait de la prévention l’une de ses priorités, un des principes qui doit guider l’action gouvernementale pour les prochaines années lors de toute intervention en itinérance. Nous demandons donc aujourd’hui au gouvernement d’être conséquent dans ses prises de position et d’agir dès maintenant en développant des mesures structurantes de lutte contre la pauvreté. »

La couverture des besoins de base : un minimum

En ce 1er avril, la porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté, Virginie Larivière, dénonce elle aussi le dernier budget du Québec : « Depuis le début de son mandat, le gouvernement a maintes fois démontré que la lutte contre la pauvreté ne fait pas partie de ses priorités. Le budget du 22 mars en est la dernière preuve. Nous lui avions pourtant suggéré plusieurs mesures structurantes, qui pourraient faire une différence à long terme dans la vie des personnes en situation de pauvreté.

« Tôt ou tard, le gouvernement devra bien reconnaître qu’il a la responsabilité, en vertu de la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale, de viser au minimum la couverture des besoins de base pour l’ensemble des citoyennes et citoyens. Il est tout simplement indécent que 800 000 personnes, en moyenne, doivent régulièrement couper dans ce qui est pourtant considéré comme essentiel. Jusqu’à ce que le gouvernement accepte de voir la réalité en face, nous continuerons de nous mobiliser, partout au Québec, pour faire entendre la voix des personnes en situation de pauvreté. »

RAPSIM

Résumé de l’action partout au Québec

Dans l’ensemble du Québec, une cinquantaine d’organisations ont installé 50 bannières et des centaines d’affiches dans une trentaine de villes et municipalités des régions du Bas-Saint-Laurent, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Capitale-Nationale, de l’Estrie, de Montréal, de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Côte-Nord, de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, de Chaudière-Appalaches, des Laurentides, de la Montérégie et du Centre-du-Québec. Des points de presse et des actions symboliques ont été organisés à certains endroits. Des publicités ont également été diffusées dans les médias.

Le RAPSIM

Le RAPSIM est le regroupement montréalais en itinérance et la plus importante concertation régionale en itinérance au Québec avec plus d’une centaine de membres. Depuis 1974, il défend les droits des personnes en situation d’itinérance ou à risque de l’être. 

Le Collectif pour un Québec sans pauvreté

Actif depuis 1998, le Collectif pour un Québec sans pauvreté regroupe 36 organisations nationales ainsi que des collectifs régionaux aux quatre coins du Québec. Il travaille à faire de l’élimination de la pauvreté une priorité sociale et gouvernementale, et il le fait en étroite association AVEC les personnes en situation de pauvreté.

Plus d’information sur la journée de visibilité : https://www.pauvrete.qc.ca/poisson/ 

Personne-ressource

Annie Savage

Directrice, Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM)

438-885-7904, annie.savage@rapsim.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.